Menu Fermer

ENTREPRENDRE / BOURSE

<< LES PAROLES DOIVENT ALLER DE PAIRE AVEC LES ACTIONS >>, B-Olivier NTUMBA

Danièle Henkel, ex-dragonne bien connue au Québec avec ses entreprises du domaine médico-esthétique. PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE
Carla-Beauvais-5
Carla Beauvais, cofondatrice de Cajou Cuisine. PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Croire davantage au potentiel des femmes

Évalue-t-on différemment les femmes et les hommes face à un projet d’affaires ? C’est ce que croit Danièle Henkel, ex-dragonne bien connue au Québec avec ses entreprises du domaine médico-esthétique.  « On juge beaucoup l’homme sur son potentiel en regardant combien il croit pouvoir rapporter dans un an, affirme-t-elle. Mais on juge encore beaucoup la femme sur ses accomplissements, sur ce qu’elle a vendu. Il faut aussi regarder son potentiel. » En se lançant en affaires il y a une vingtaine d’années, Danièle Henkel s’est fait refuser du financement plusieurs fois. Lorsqu’on ne lui demandait pas de se faire endosser par son mari ! Elle s’est débrouillée seule, en frappant aux portes pour vendre son Gant Renaissance jusqu’à ce qu’elle en ait vendu suffisamment pour qu’une directrice de succursale d’une grande banque accepte de lui accorder une marge de crédit de… 5000$ ! 

Heureusement, la femme d’affaires qui vient de lancer le livre Ces différences qui nous rassemblent voit une grande évolution dans le soutien à l’entrepreneuriat. « À l’époque, il n’y avait pas les mêmes outils, programmes, subventions et sites internet pour nous aider. Lorsqu’on se lançait en affaires, on était vraiment seul. »

Pour une plus grande diversité

Si les réseaux pour aider les femmes d’affaires se sont grandement développés dans les dernières années, ils gagneraient à être plus inclusifs, selon Carla Beauvais, cofondatrice de Cajou Cuisine, une entreprise qui propose des activités pour préparer des repas en famille.

Femmes en affaires : Entrepreneur issus de la diversité

« Les femmes issues de minorités ont encore de la difficulté à se retrouver dans ces réseaux qui demeurent assez fermés et homogènes, affirme-t-elle. De plus, les autres grands réseaux d’affaires sont souvent assez masculins et on invite encore beaucoup plus d’hommes que de femmes à parler dans les grandes conférences. »

Auparavant en relations publiques, Carla Beauvais a lancé récemment Cajou Cuisine avec Marjorie Morin-Lapointe et Abeille Gélinas. Elle a obtenu une bourse de démarrage Entreprendre ici destinée aux entrepreneurs issus de la diversité. De plus, puisque Marjorie n’avait pas encore dépassé l’âge admissible, l’entreprise a eu du soutien notamment de Mtl inc. et de Futurpreneur. « Il faut assouplir ces critères pour aider les projets à fort potentiel, peu importe l’âge des entrepreneurs », croit Carla Beauvais.

Prix Femmes d’affaires du Québec 2019

Le Réseau des femmes d’affaires du Québec remet ses prix annuels ce soir au Palais des congrès de Montréal. Le réseau fondé en 1981 compte plus de 2000 membres et tient des activités de réseautage partout dans la province.

Bientôt la Bourse de Mwali

MAIN DANS LA MAIN

Nous travaillons depuis des années afin de trouver des voies et moyens dans le but de contribuer à la fin de toutes formes d’inégalités dont la Femme est victime.

C’est à Montréal que nous avons décidé d’établir le siège de notre OBNL. Nous nous sommes donné la mission de travailler sans relâche afin de léguer un monde sans discrimination ou profilage. Un monde où le vivre ensemble sera le seul mot d’ordre. Mwali dont l’appellation vient du swahili signifie ‘‘Femme de Mérite’’. Notre objectif ultime est de présenter la Femme comme ACTRICE dans notre société et non une simple SPECTATRICE.

Nos partenaires